Le coaching thérapeutique : l'accompagnement idéal dans un parcours de PMA

Dernière mise à jour : févr. 16

Se retrouver confronté-es à des problèmes d’infertilité lorsque l'on désire un enfant est une épreuve lourde à affronter. L’annonce du diagnostic, la mise en place du traitement, la lourdeur du suivi médical, l’angoisse des résultats, la frustration, le sentiment de culpabilité, le découragement, la fatigue et toutes ces questions que l'on se pose ou que l'on nous posent, sont autant d'épreuves difficiles à surmonter. Elles fragilisent mentalement, émotionnellement et physiquement les femmes et les couples engagés dans ce "parcours du combattant". Le soutien des proches est primordial, mais il est parfois nécessaire d'avoir recours à un professionnel de la relation d'aide, en complément du suivi médical.



La PMA aujourd'hui


L'Assistance Médicale à la Procréation est un ensemble de techniques médicales qui peuvent être proposées à des couples ayant des difficultés pour concevoir un enfant. En juillet 2020, le projet de loi qui prévoit son ouverture aux femmes seules et aux couples de femmes a été adopté. Malgré cette avancée, du chemin reste encore à faire quant à la prise charge "humaine" des patients-es, pourtant indispensable au suivi médical. Même si un soutien psychologique est proposé dans certains centres de PMA, les patients n'y ont que trop rarement accès ou celui-ci ne répond pas toujours idéalement au besoin de certaines femmes ou couples engagés dans un tel processus.



Le stress en toile de fond



Un lien avéré entre infertilité et anxiété

Au-delà des causes biologiques, le stress est indéniablement un facteur aggravant. Des chiffres viennent appuyer ce constat : les femmes présentant un niveau d’anxiété très élevé ont une ovulation 20 % inférieure et une fécondation 30 % inférieure. Dans de nombreux cas où le couple suit un traitement qui se solde par un échec, il n'est pas rare qu'une grossesse survienne une fois qu’ils se détendent. Seulement voilà, se détendre ne se décrète pas ! Cette injonction peut même ajouter une pression supplémentaire.


"Arrête de stresser !", "Détends-toi !"...

C'est ce qu'une femme va entendre au moins une fois durant son parcours de PMA.

Avez-vous remarqué des effets positifs sur une personne en pleine crise de colère lorsqu'on lui dit "calme-toi" ?... Non, bien entendu. Même avec la meilleure intention du monde, ce n'est pas la bonne méthode pour ramener quelqu'un au calme. De la même façon, dire "ne stresse pas" à une personne stressée ne l'aidera en rien.


Présent à chaque étape du processus, le stress est fondamentalement l'élément récurrent et limitant dans ce parcours. Les échecs répétés, les fausses couches, les grossesses extra-utérines, les affections gynécologiques, les actes médicaux, les analyses et bien sûr l'annonce de l'infertilité : c'est sur ces expériences éprouvantes que débute la PMA pour bon nombre de couples. Difficile dans ces conditions de s'engager avec l'esprit détendu et positif dans cette aventure dont l'issue s'avère par définition incertaine.


"Quand on entre en PMA, on entre en résistance !"

C'est donc plus ou moins livrés à eux-mêmes, ordonnances en mains, que les femmes et les couples se lancent dans ce protocole complexe, qu'ils devront respecter scrupuleusement. S'ensuivent alors les examens à répétition, parfois dans des centres éloignés du domicile, les injections, le corps qui réagit, l'angoisse des résultats, la fatigue, l'environnement professionnel qui complique les démarches au lieu de les faciliter, les proches qui questionnent, les grossesses et les naissances qui surviennent dans l'entourage... Et quand tout a été tenté sans résultat, ils/elles se voient proposer le don de gamètes avec des délais d'attente déraisonnables ou la perspective très couteuse du don à l'étranger. Oui, il faut être sacrément fort-e et suffisamment déterminé-e pour encaisser et persévérer !


Ce parcours de PMA est véritablement une des épreuves les plus stressantes qui soit, c'est pourquoi un accompagnement complémentaire au suivi médical est indispensable.



La nécessité d'être accompagné-es en PMA



Dans un protocole de PMA, les différents acteurs qui interviennent sur les aspects "techniques" sont peu en relation entre eux (gynécologues, médecins traitants, laboratoires, centres de PMA, biologistes, infirmières,...). C'est ainsi que l'on devient son propre "chef de projet" :

  • liaison entre les intervenants

  • respect du protocole

  • coordination des différentes actions

  • assimilation de l'information médicale

  • ...

Tenir ce rôle implique d'être performant-e dans un domaine que l'on ne maîtrise pas, dans un contexte stressant et exigeant. Pour tenir sur la longueur, il sera donc indispensable de savoir activer ses ressources et optimiser la gestion de ce projet par de la méthode, de l'organisation et de l'accompagnement.



Pourquoi le coaching thérapeutique est un accompagnement complémentaire adapté au suivi médical ?



Un dispositif alliant la thérapie et le coaching appliqué à la gestion de projet répond parfaitement aux besoins des femmes et des couples engagé-es dans ce parcours.


Cet accompagnement offre un espace de liberté d’expression sans jugement, des outils adaptés et des conseils pratiques pour mieux vivre les différentes étapes mentalement, physiquement et émotionnellement. L'objectif est d'éviter la surcharge de stress induite par le parcours en lui-même, permettant ainsi d'optimiser les chances de réussite. De plus agir sur le stress va garantir un meilleur vécu de chacune des étapes et aider à garder le contrôle sur la situation sans la subir.


Le coaching thérapeutique est un accompagnement interactif et proactif. Le thérapeute porte un regard différent et investi sur chaque projet. Grâce à des échanges réguliers et fréquents, des exercices pratiques et la détermination d'objectifs intermédiaires à atteindre, il instaure une véritable dynamique de progression, dans un climat chaleureux et de soutien. Des stratégies adaptées sont préparées et proposées à chaque étape, en fonction du contexte et en accord avec les singularités et les aptitudes de chacun.



Un accompagnement en 3 dimensions : cognitive, affective et corporelle


Cette méthode de coaching s'extrait de la dualité "mental/corporel" en identifiant l'individu comme une entité unifiée, définie dans trois dimensions en interaction permanente :

  • - la dimension affective (l'émotionnel, le ressenti)

  • - la dimension cognitive (la pensée, l'informationnel)

  • - la dimension corporelle (le moteur, ce qui met en action)

Cette méthode pluridisciplinaire s'inspire de références issues de différents champs de compétences tels que les TCC, les neurosciences cognitives et affectives, l'attachement et son rôle dans la régulation du stress, les outils pratiques de la sophrologie et les exercices d'activité physique.


L'action consiste en la mise en place d'un programme personnalisé contenant :

  • la préparation mentale aux différents événements du parcours